Sur les rives du Saint-Laurent

En route pour la Gaspésie, j'ai beaucoup aimé m’arrêter dans ce village de la côte du Sud, sur la rive droite du Saint-Laurent.

Aux origines du village

L’Islet-sur-Mer s'est d'abord appelé l'Islet avant de fusionner avec d’autres municipalités. Toutefois, on utilise encore souvent son ancien nom, apparu pour la première fois au XVIIe siècle. En 1633, le père Lejeune, un missionnaire, se mit en position là-même où un rocher formait au bord du fleuve, une petite islette. Il est à noter que l'endroit avait déjà été baptisé par les Indiens qui l'appelaient Atisaouacanichetagoukhi… L’histoire ne retint, on devine pourquoi, que le nom français.

Situé dans un pays de marins qui eut d’ailleurs son école de marine, le village a fourni au Canada quantités de navigateurs, grands capitaines ou pilotes du Saint-Laurent.

Notre-Dame-du-Bonsecours, fleuron du patrimoine religieux

Le nom de l'église est celui que portait l'Islet-sur-Mer de 1911 à 1968. L’église à deux clochers, de type récollet (avec la nef plus large que le chœur), fut construite à partir de 1770, mais reçut des ajouts successifs dont une nouvelle façade en 1882. Des œuvres d’art du XIXe siècle (anges sculptés, tableaux d’Antoine Plamondon…) enrichissent le décor. Tout près de l’église, la salle des "habitants" (ce terme désignait autrefois les colons), elle aussi classée monument historique, fut construite au bord du fleuve en 1827, puis déménagée au cœur du village en 1956. C’est un superbe bâtiment recouvert de bois, avec un toit à quatre versants recouvert de tôle "à la canadienne". Plus à l’est, à 400 mètres environ de l’église, j'ai pu admirer une touchante chapelle de procession en bois, surmontée d’un clocheton, elle aussi classée, datant de 1835, et qui porte l’inscription : "À Saint-Joseph, secours des marins".

Navigateurs d'hier et d'aujourd'hui au musée maritime du Québec

C. Bouchard / OT Quebec - Musee maritime du Quebec

Le musée, le plat de résistance du patelin, perpétue la mémoire de l'explorateur et capitaine Joseph-Elzéar Bernier, né à l’Islet en 1852. Ce grand navigateur effectua de nombreux voyages dans l’Arctique, y affirmant ainsi la mainmise canadienne. Propriétaire de la collection nationale maritime du Québec, le musée est le plus important du genre au Canada. Y sont exposées quantités de chaloupes, canots, canots à glace, barques, doris, kayaks et esquifs divers. On trouve aussi de nombreuses maquettes dont celle du Don-de-Dieu, le bateau de Champlain et des objets récupérés sur l’épave de l’Empress, paquebot coulé en 1914 un peu au nord de Rimouski.

À l’extérieur, nettement plus imposant, le brise-glace Ernest Lapointe des gardes-côtes canadiens, avec sa coque rivetée à l’ancienne, servit d’abord de transport de troupes et de matériel au Labrador, avant d’arpenter les eaux hivernales du Saint-Laurent entre Montréal et Trois-Rivières de 1945 à 1978. À ses côtés, se dresse l’étonnant hydroptère Bras-d'Or 400. Inspiré d’une idée originale d’Alexander Graham Bell, ce projet expérimental lancé pour la Défense nationale canadienne à l’époque de la Guerre Froide, reposait sur un aérodynamisme très étudié. Sa vitesse, le propulsant hors de l’eau, lui permettait de patiner sur la surface de l’eau à la vitesse record de 60 nœuds. Il ne fut mis en service que de 1968 à 1972. Voisin, le voilier J.E. Bernier paraît lilliputien. C’est à son bord qu’en 1977, le navigateur Réal Bouvier, accompagné de quatre membres d’équipage, franchit le mythique passage du nord-ouest. II fut le plus petit navire de l’histoire à réussir cet exploit.

C. Bouchard / OT Quebec  - Musee maritime du Quebec
C. Bouchard / OT Quebec - Musee maritime du Quebec

Un parc aménagé au bord du fleuve offre une vue imprenable. Pas étonnant que les locaux aient ajouté le suffixe "sur-mer" au nom l'Islet quand on voit la taille du Saint-Laurent !

Promenade ornithologique dans la rue du Quai

Dans la partie est du village, la rue du Quai (présente dans presque tous les villages qui bordent le Saint-Laurent !) conduit à une petite anse naturelle protégée par un quai (d’où le nom de la rue, vous suivez ?) qui sert d’abri aux bateaux. Sur la grève, lors de leur migration de printemps et d’automne, des milliers d’oies blanches, les fameuses oies des neiges, dont un festival célèbre le passage chaque mois d’octobre, viennent s’ébattre dans les battures, ces plages herbeuses et envasées recouvertes lors des grandes marées, typiques de la côte du Saint-Laurent.

Mes adresses à l'Islet-sur-Mer
Notre-Dame de Bonsecours, 15 chemin des Pionniers Est
Musée maritime du Québec-Capitaine J.E. Bernier, 55 chemin des Pionniers Est
La Marguerite, 88 rue des Pionniers Est, +1 418 247 54 54
© photo principale : J. Beal © photos articles de haut en bas : C. Bouchard / OT Québec ; C. Bouchard / OT Québec