Petit tour à Tofino

Du fait de son vaste territoire accidenté et sauvage, l’île de Vancouver mérite à elle seule le voyage. Bien davantage que Victoria, le spot qui nous a permis de comprendre pourquoi la plus grande île du continent nord-américain est une destination d’exception, est bien le secteur de Tofino, porte d’entrée du parc national Pacific Rim. Autour de ce village du bout du monde, on découvre un condensé des beautés naturelles de l’île. À Tofino, on a vraiment pu faire corps avec la nature exacerbée du Pacifique canadien.

De Vancouver à Tofino

Si l’on avait été plus pressés (et plus riches), on aurait pu utiliser Orca Air, dont les petits zincs desservent l'aérodrome de Tofino depuis Vancouver. Mais nous avons dû nous rabattre sur la location d'une voiture, et partir en direction de Horseshoe Bay pour attraper l’un des bateaux des BC Ferries traversant le passage Intérieur. Les 90 minutes de traversée sont l’occasion d’apprécier le bras de mer au cadre majestueux, entre l’océan, parcouru par toutes sortes d’embarcations et d’animaux marins, et les montagnes semées de névés côté continent.

Débarquant à Nanaimo, la seconde ville de la grande île, 3 heures de route nous attendent pour rallier Tofino au bout de la Highway 4. Après Parksville, on s’arrête en route au hameau fleuri de Coombs, dont les vieilles bâtisses abritent des galeries d’art, mais surtout le très amusant Coombs Old Country Market. On traverse des forêts moussues autant qu’impénétrables, arrosées de belles cascades comme les Qualicum ou les Englishman. Les millions de pins Douglas multicentenaires ont un tour de taille avoisinant les 9 mètres. Droits comme des i, ils forment de véritables cathédrales de verdure tapissées de fougères. D'ailleurs on s’arrête à la bien nommée Cathedral Grove dans le parc provincial MacMillan pour les admirer. Après Port Alberni et le Sproat Lake, la route 4 tournicote un maximum en traversant les monts Mackenzie culminant à plus de 1600 mètres, passe le petit col du Sutton Summit, et bascule vers le Pacifique et Tofino, perché au bout d’une longue presqu’île barrant le Clayoquot Sound.

Destination British Colombia - Cathedral Grove dans le parc provincial MacMillan
Destination British Colombia - The Eagle Aerie Gallery

Nos avons réservé au Best Western Tin Wis Resort. Ce petit bâtiment aux faux airs de chalet de montagne planté en bordure de Mackenzie Beach, à trois kilomètres du centre, est l’une des valeurs sûres du patelin avec ses 85 chambres bien équipées. On est gâtés avec la vue sur l’océan. Il paraît même que certaines chambres sont équipées d’un bain à remous avec la même vue ! Mais on préfère aller voir de plus près ce bain à remous grandeur nature qu’est le Pacifique avant d’aller prendre la température de Tofino. 

Avant le dîner, on a le temps de flâner dans les galeries locales très axées sur les cultures autochtones, comme l’Himwitsa Art Gallery ou la Eagle Aerie Gallery (ci-contre). Cette dernière met en valeur, dans le cadre magique d’une reproduction de maison longue traditionnelle, les œuvres de Roy Henry Vickers, un artiste d’origine Tsimshian, l’une des ethnies locales.

Trop faim à Tofino

Après une matinée consacrée à l'observation de la faune, nous flânons dans les rues du patelin, où cohabitent atmosphère bohême et ambiance internationale. Au début des années 1990, la surexploitation forestière avait vu débarquer toute une cohorte d’environnementalistes au look post hippie devant les bûcherons et pêcheurs ébahis et au grand étonnement des populations indiennes autochtones. Les manifestations avaient fait la promo des lieux.

Aujourd’hui on tombe aussi bien sur des altermondialistes que des touristes BCBG venus du monde entier. Nous le constatons en voyant la quantité, le style (et les prix) de certains restaurants… On a de la chance car on trouve de la place sur la terrasse ouverte du Common Loaf Bake Shop, mais on a renoncé au burger à l’huître… Le soir, c'est dîner de fruits de mer au Big Daddy’s Fish Fryoù l’on grignote un étonnant pop-corn à la crevette pour commencer…

Vamos a la playa

nous décidons d’aller marcher sur Long Beach, une plage qui porte bien son nom. Ses 30 kilomètres relient Tofino à Ucluelet , l’autre village du secteur, et la grève de sable se découvre sur près d’un kilomètre à marée basse. À perte de vue, elle est jonchée de bois flotté et d’algues gigantesques, qui peuvent atteindre 25 mètres ! Les enfants s’amusent à produire des bruits incongrus en les faisant éclater.

De nombreuses et profondes baïnes (ou bâches comme on dit en langue d’oïl…) ont piégé de petits poissons dans leur cuvettes creusées par la houle. Tiens ! Là, on dirait bien le cousin du crabe dégusté hier soir… Au large, une frange d’écueils casse l’imperturbable déroulé des rouleaux dans de grandes gerbes d’écume. On se demande comment font les surfeurs, qui viennent y rechercher "la" vague, d’autant que l’endroit est réputé pour ses lames de fond…

Destination British Colombia - Sur la plage du Pacific Rim National Park

À main gauche, les futaies d’épicéas de Sitka, grands cèdres rouges et thuyas géants de la forêt pluviale, toujours aussi sombre, viennent lécher le sable. Il paraît que les ours peuvent en sortir à chaque instant comme nous le précise des panneaux explicatifs… Et même à l’occasion des loups ou un puma ! Rarement, nous avons eu cette sensation de sauvagerie primitive en Amérique du Nord. Et tout ça sur une plage… Impressionnant !

Destination British Colombia - Long Beach dans le Pacific Rim National Park

Au bout de la plage est édifié le Kwisitis Visitor Centre, dédié aux 14 tribus de cette région de l’île de Vancouver. Nous profitons du soleil et de la vue sur le deck. À l’intérieur, des fresques murales, des vitrines, dioramas grandeur nature et diverses expositions racontent les mammifères marins, la forêt, les cultures autochtones. Très bien fait. On y apprend l’existence d’un National Aboriginal Day célébrant les Premières Nations chaque 21 juin. L’occasion de déguster du saumon au barbecue, d’assister à des chants et danses traditionnels.

Où est Ucluelet ?

Destination British Colombia - la West Coast Trail

Nous décidons de pousser jusqu’à Ucluelet (prononcez "You-clou-lette"). Bordé par le Barkley Sound, ce port de pêche, ancien site de conserveries, propose en gros les mêmes activités que Tofino, dans un cadre encore plus rustique. Pourtant, on est surpris d'y apercevoir unpetit paquebot d’allure rétro transformé en hôtel flottant. Le Canadian Princess, ex William J. Stewart, est un ancien navire océanographique en service de 1932 à 1975. Aujourd’hui, avec sa trentaine de cabines, il accueille surtout des pêcheurs venus profiter de la richesse des eaux locales.

On découvre tout ça en prenant un pot au pub sur le pont avant de poursuivre vers le début de la West Coast Trail. Cette composante du parc national Pacific Rim, est un sentier de randonnée long de 75 kilomètres, réservé aux randonneurs expérimentés et bien équipés. Il suit le tracé d’une ancienne ligne télégraphique et servait jadis de route aux rescapés des naufrages… Passant dans la forêt pluviale, serpentant entre le sommet des falaises et le littoral rocheux, il permet de voir en une petite semaine d’expédition toute une collection de sites magnifiques dont le Broken Group Islands (BGI), un archipel de trois centaines d’îles éparpillées dans le Barkley Sound.

Promenade au phare

Nous décidons de nous aventurer sur une section de la Wild Pacific Trail dite du Lighthouse Loop, une boucle de 2,6 kilomètres à l’extrémité de la presqu’île d’Ucluelet. De nombreux points de vue sur les îles au large permettent d’apercevoir les baleines ou de compter les oiseaux. Au voisinage, la Terrace Beach Interpretive Trail mène à un ancien site de pêche amérindien.

La découverte du minuscule phare Amphitrite dont la version actuelle date de 1915 (le premier en bois érigé en 1906 n’avait pas résisté aux vagues lors d’une tempête terrible en 1914) est une belle récompense. On y vient observer les tempêtes hivernales en compagnie d’un spécialiste... Automatisé en 1988 par les Coast Guards canadiens, il signale toujours les eaux traîtresses du secteur aux navires de passage. Qui dit eaux traîtresses dit aussi épaves. Le secteur est d’ailleurs surnommé "le cimetière du Pacifique". La plongée est donc ici une activité aussi prisée que le kayak et le camping, que ce soit pour les épaves, ou les fonds tapissés d'une toison mouvante et très abondante de comatules (un genre d’étoile de mer), et peuplés de scorpènes (notre rascasse) et autres loups ocellés, dont la tête patibulaire et la taille (jusqu’à deux mètres), doivent impressionner les âmes sensibles…

On rentre à Tofino pour déguster une énorme glace au fort couru Chocolate Tofino, de quoi patienter jusqu’au dîner…

Mes adresses pour profiter de la région
Old Country Market, 2326 Alberni Highway, Coombs
BEST WESTERN Tin Wis Resort Lodge, 1119 Pacific Rim Highway, Tofino
Common Loaf Bake Shop, 180 First Street, Tofino
Big Daddy's Fish Fry, 411 Campbell Street, Tofino
Canadian Princess Resort, 1943 Peninsula Road, Ucluelet
Chocolate Tofino, 1180A Pacific Rim Highway, Tofino
© photo principale : Destination British Colombia © photos articles de haut en bas : Destination British Colombia