Sorties automnales à Vancouver

Avec l’arrivée de l’automne, je troque balades à la montagne et escapades dans les îles pour des sorties dans les salles obscures – extrait de ma sélection cinéma, théâtre et musique pour l’automne 2016.

 

Cinéma

Si à Vancouver les festivals de films et documentaires se succèdent tout au long de l’année : Festival du film italien (janvier), Rendez-vous du cinéma québécois & francophone (février), Doxa (mai), Amérique latine & LGBT (aout), asiatique (novembre) ; le plus célèbre d’entre eux c’est le VIFF : le Vancouver International Film Festival, dont la 35e édition se déroule du 29 septembre au 14 octobre 2016. Le festival propose des films de 70 pays différents avec un focus particulier sur le Canada, l’Asie et les documentaires. D’Inside Job à Beepa Boys, en passant par Banking Nature et The Chinese Mayor, j’y ai toujours trouvé une sélection éclectique et disons-le : engagée, on n’est pas dans la ville de Greenpeace pour rien !

Arriver à voir tout ce dont j’ai envie relève de la gageure vue qu’il n’y a que deux projections pour chaque film. Armée du programme du festival dans une main et de mon agenda dans l’autre, j’évalue l’intérêt de chacun et la probabilité qu’il sera rediffusé dans les mois à venir, c’est un exercice de haute stratégie ! Cette année je commence avec le documentaire Freightened : the real price of shipping et termine par Merci Patron en passant par Tickling Giants (l’histoire d’un humoriste égyptien durant le printemps arabe) et Yellowing (celle de la révolte étudiante de Hong-Kong en 2014).

Théâtre

À peine le VIFF se termine-t-il mi-octobre que j’enchaîne avec le théâtre. D’abord deux pièces au Cultch, LE théâtre alternatif de Vancouver, situé dans l’est de la ville. Dans le cadre du Festival Diwali, il présente Piya Behrupiya, une adaptation musicale de la pièce de Shakespeare La Nuit des rois par une compagnie de Bombay : une histoire d’amours entrecroisées et pleine de rebondissements, en hindi sur-titrée en anglais! Quant à The Elephant Wrestler, la pièce a été conçue par une troupe néozélandaise à partir d’une histoire du folklore indien et raconte les tribulations d’un chaiwallah (marchand de thé ambulant) dans l’Inde d’aujourd’hui. Mi-novembre je change de pays mais reste en Asie puisque le Center for Performing Arts propose la pièce du célèbre écrivain chinois Lao She, La Maison de thé. Publiée en 1957, l’œuvre évoque l’histoire mouvementée de la Chine au cours de la première moitié du XXe siècle – en mandarin sur-titrée en anglais !

Musique

Après toutes ces pérégrinations autour du monde, il sera temps de revenir en Amérique du Nord avec le VSO – Vancouver Symphony Orchestra – qui propose un concert de tubes de Broadway, de West Side Story à Cats en passant par le Fantôme de l’Opéra et de retourner au Cultch pour aller écouter du jazz à la mode sicilienne avec Michael Occhipinti. À ce moment-là, on sera rendu en décembre et ce sera la saison des concerts de Noel durant laquelle tout le monde chante que Rudolf, le renne du Père Noel, a un nez rouge tout brillant… On en prend pour un mois !

© Photo principale : Alexandra Nicolas