Se mettre au vert à Vancouver

Si le parc Stanley est sans contexte la plus célèbre des attractions de Vancouver, ce n’est pas le seul espace vert de la ville. Hors saison il fait bon s’y promener, mais dès les premiers beaux jours, bonjour le rush et adieu ma tranquillité ! Pour goûter au renouveau du printemps et trouver un peu de sérénité durant l’été, je préfère me balader dans quatre jardins ignorés des foules et dont le caractère bucolique me ravit à chaque fois.
1

Le jardin botanique VanDusen

« VanDusen » comme l’appellent familièrement les locaux, est le premier jardin que j’ai découvert à mon arrivée à Vancouver.

Appartenant à l’origine à la compagnie de chemin de fer Canadian Pacific Railway, le terrain est racheté à la fin des années 1960 grâce aux efforts conjoints de la ville et de la province et à la généreuse donation de W.J. VanDusen qui donne son nom au jardin. Après plusieurs années de travaux, il ouvre ses portes au public en 1975.

Aujourd’hui il couvre 22 hectares et présente une large variété d’écosystèmes, de la forêt boréale canadienne au terrain himalayen, en passant par un labyrinthe de cèdres. Fin mai-début juin les rhododendrons en fleurs sont magnifiques, mais c’est l’allée des Laburnum qui a ma préférence !

blog-canada-vancouver-van-dusen
Le jardin VanDusen couvre 22 hectares et présente une large variété d’écosystèmes © Alexandra Nicolas

 

2

Le jardin botanique de l’université de Colombie-Britannique

Pour ceux qui veulent devenir incollables sur les arbres de la côte pacifique nord-ouest et / ou qui ont envie de jouer les aventuriers, je recommande le Greenheart treewalk situé dans le jardin botanique de l’université de Colombie-Britannique.

Créé par une compagnie locale, cet ensemble de plateformes et passerelles suspendues permet d’explorer la canopée tout en respectant les arbres auxquelles elles sont accrochées. Cet ingénieux système fonctionne grâce a des câbles qui serrent plus ou moins le tronc de l’arbre, sans clous ni boulons. Cette balade d’environ 1 h peut se faire en solo, mais c’est bien plus intéressant avec un guide qui vous apprend à reconnaître les différentes espèces d’arbres ainsi que leurs vertus médicinales, bien connues des Premières Nations et complètement oubliées par nos sociétés modernes !

blog-canada-vancouver-universite-colombie-britannique
Le Greenheart treewalk permet de se familiariser avec les essences d'arbres de la côte pacifique. © Alexandra Nicolas

 

3

Le jardin japonais Nitobe

Puisque vous êtes sur le campus de l’université de Colombie-Britannique, profitez-en pour poursuivre votre balade bucolique jusqu’au jardin japonais Nitobe.

Dédié à la mémoire du Dr. Inazo Nitobe (1862-1933), notamment connu pour son livre Bushido, l’âme du Japon, le jardin est un havre de paix dont chaque élément – arbre, plante, lanterne… - a été placé pour refléter une vision idéalisée de la nature.

Que vous soyez un spécialiste du Japon ou simplement en quête d’un moment de sérénité, le jardin Nitobe saura vous combler – et pour ceux qui souhaitent être initiés à la cérémonie du thé, le jardin propose des cérémonies tout au long de l’été.

blog-canada-vancouver-nitobe
Instant suspendu au jardin Nitobe © Alexandra Nicolas.

 

5

Le jardin du Dr Sun-Yat-Sen

Si votre temps est compté et que vous deviez rester au centre-ville, n’oubliez pas d’inclure le jardin du Dr Sun-Yat-Sen dans votre exploration de Chinatown.

Conçu et réalisé dans les années 1980 par des architectes chinois, le jardin comporte les quatre éléments du jardin chinois classique tel que formalisé sous la dynastie Ming (1368-1644) : la pierre (venue du lac Tai de Suzhou), l’eau, les plantes et l’architecture.

blog-canada-vancouver-sun-yat-sen
Le jardin du Dr Sun-Yat-Sen comporte les quatre éléments du jardin chinois classique. © Alexandra Nicolas
photo principale : Le jardin Nitobe est un havre de paix © Alexandra Nicolas