Montmagny et les îles

Sur la côte "sud" du Saint-Laurent, Montmagny est une étape entre Montréal ou Québec et la Gaspésie. En effet, la petite ville est le point de départ de deux excursions à faire absolument dans le fouillis d’îles semées sur le fleuve.

La Grosse-Île, lieu de mémoire irlandais

A. Quenneville / OT Québec – le mémorial

Longtemps inaccessible, classée site historique national, Grosse-Île est un site assez fascinant. Servant de station de quarantaine de 1832 à 1937, elle fut le pendant d’Ellis Island à New York. Aujourd’hui inhabitée, l’île a vu transiter plus de 4 millions d’Européens en un siècle. C’est un lieu de souvenir car, pour beaucoup de candidats à l’immigration, ce fut aussi leur dernière demeure.

Principale porte d'entrée des immigrants au Canada jusqu'à l’entre-deux-guerres, elle connut un épisode tragique quand en 1847, plus de 5000 immigrants, majoritairement irlandais y furent victimes d’une épidémie de l’impitoyable typhus. Le jour de la Saint-Patrick 1997, année du cent-cinquantenaire de la Grande Famine, le site fut rebaptisé Lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais. On peut encore voir une trentaine de bâtiments.

On s’amusera de constater que l’isolement du site et les infrastructures permirent à l’île de faire perdurer sa vocation de station de quarantaine avec des recherches sur la guerre bactériologique de 1942 à 1956. Le ministère de l’Agriculture prit alors le relais avec un centre de recherche sur les maladies animales contagieuses de 1957 à 1984.

L'Isle-aux-Grues, paradis ornithologique

C. Bouchard / OT Québec

L'Isle-aux-Grues est un autre très joli décor naturel. Longue de sept kilomètres, accessible par 25 minutes de traversier grâce au N.M. Grues-des-Îles, c’est la seule île habitée sur les vingt-et-unes que compte l’archipel du même nom. Sur l’île, on s’est baladé en vélo à travers champs, profitant des gîtes et goûtant aux produits du terroir local : esturgeon fumé, fromages artisanaux, tel le Riopelle, baptisé ainsi en l’honneur de l'artiste Jean-Paul Riopelle.

On retrouve des traces de ce dernier dans la capitale de l’île, le hameau de St-Antoine-de-l’Isle-aux-Grues, où se trouve la propriété dans laquelle Jean-Paul Riopelle passa les dernières années de sa vie. Il s’agit du Manoir McPherson-Lemoyne, site d’une ancienne seigneurie détruite par les Anglais en 1759, et aujourd’hui reconstruite.

C. Bouchard / OT Québec – Oies des neiges

Mais si l’on vient sur l'Isle-aux-Grues, c’est surtout pour observer (ou chasser) les oiseaux migrateurs fréquentant les battures plantées de scirpe d’Amérique. La vedette locale, c’est bien sûr la grande oie des neiges. Lors de ses migrations au printemps et à l’automne sur le chemin de l’Arctique, son escadre peut atteindre le million d’individus, un spectacle aussi magique que bruyant.

En octobre, débute la chasse à la sauvagine (le petit nom de l’oie blanche et par extension, le gibier migrateur à plume), qui transforme une partie de l’île en grande pourvoirie. On peut aussi tomber sur des colonies de petits pingouins et certains oiseaux rares, comme le goglu des prés, le bruant de Nelson (parce qu’il marche en colonne ?), le râle jaune ou le hibou des marais mais aussi bernaches, canards (pilet, malard, souchet, noir), sarcelles à ailes bleues ou vertes et bécassines. Si plus de 210 espèces d'oiseaux ont été répertoriées pour le plus grand plaisir des ornithologues amateurs, on n’a pas vu la moindre grue. On en est resté le bec coi…

Mes adresses à Montmagny
Maison sir Étienne-Paschal-Taché, 37 avenue Sainte-Marie, Montmagny
Musée de l’Accordéon, 301 boulevard Taché-Est, Montmagny
© photo principale : P. Lambert et C. Parent / OT Québec © photos articles de haut en bas : A. Quenneville / OT Québec ; C. Bouchard / OT Québec ; C. Bouchard / OT Québec