Les premières nations du Québec

La population autochtone au Québec est constituée de 10 nations amérindiennes et du peuple Inuit. Elle représente à peine 100 000 âmes, sur les 8 millions d’habitants que compte le Québec. Ces communautés vivent principalement dans des « réserves » et dans les métropoles québécoises. On compte environ 10 000 membres des communautés autochtones à Montréal1.

Au lever du soleil : la nation des Abénakis

Abénakis signifie le "peuple du matin" (wabun, "la lumière" et aki, "la terre"). Les Abénakis sont présents au Québec depuis le XVIIIe siècle. En 2012, on comptait 2 577 Abénakis (résidents et hors réserves), dont 337 résidents de la réserve Odanak et 74 de la réserve Wôlinak, situées dans la région du Centre du Québec, sur la rive sud du Saint Laurent2 . D’autres membres de cette nation vivent non loin de là, en Nouvelle-Angleterre aux États-Unis, l’histoire et la frontière des blancs les ayant séparés de la Nouvelle France.
Cette communauté appartenant au peuple Algonquin, fut au cours de l’histoire, l’alliée des Français pendant leurs guerres contre les Anglais (selon la « tradition » qui a caractérisé depuis des temps fort anciens, les relations entre nos deux peuples d’Outre-manche !).

Odanak, un musée, une école autochtone, un pow wow

Avant de visiter une réserve, un postulat de départ s’impose afin d’éviter toute déception : un village autochtone ressemble à un village « pure laine », autrement dit québécois. C’est ainsi averti que vous pourrez partir, tout en ayant à l’esprit (le Grand Esprit si cela vous fait plaisir) que les besoins des descendants des premiers habitants de ces contrées autrefois sauvages (les contrées, pas les habitants), sont identiques aux nôtres. Les maisons ont bel et bien remplacé les tipis, le feu de bois est devenu celui du barbecue, comme partout ailleurs.
Dès votre entrée à Odanak, quelques signes indiquent pourtant que vous avez bel et bien changé de territoire. Les panneaux « STOP » que les Québécois ont remplacé par « ARRÊT » pour imposer le français noyé dans un vaste territoire anglophone, affichent ici les 3 langues locales. Vous apprendrez donc un 1er mot de cette langue autochtone : « CHANNA » qui dans d’autres réserves est traduit dans la langue locale.

Le premier musée autochtone du Québec

Odanak fut le premier village au Québec à créer, en 1962, un musée dédié à la culture amérindienne. Entre expositions permanentes et temporaires, ce musée met l’accent sur la « conservation et la transmission aux générations futures»,  sans pour autant se limiter aux traditions.
Il constitue également un lieu de rayonnement de la culture autochtone contemporaine, de ses artistes qu’ils soient Abénakis ou issus d’autres nations, et s’implique activement dans les actions de développement de la région, engageant des démarches pédagogiques en dehors de la réserve, assurant ainsi sa vocation éducative.
Créer du lien constitue l’une de ses missions et les nombreux prix mérités attestent du succès de cette entreprise. Le prix du Tourisme Culturel Autochtone lui a été décerné en 2014, dans le cadre des Grands Prix du Tourisme canadien.

Au Québec, chaque Peuple Premier organise son pow wow annuel.

Kiuna : Une école autochtone, un projet d’avenir

La culture autochtone n’est pas que folklore. Elle prend toute sa dimension dans l’éducation, véritable promesse de lendemains meilleurs, basée sur l’affirmation de l’identité des Premiers Peuples. Seul exemple au Québec d’une école adaptée aux réalités et cultures des Premières Nations, Kiuna (« à nous ») fut inaugurée en 2011, après de nombreuses années de démarches et de négociations.
Toujours d’actualité, le fossé culturel qui sépare la société québécoise (voire canadienne) des réalités autochtones, a conduit nombre de jeunes à l’échec scolaire. Aujourd’hui Kiuna existe pour eux, accueille les étudiants de toutes nations, parfois venus de territoires éloignés du Québec et leur offre une formation mieux adaptée, pour leur permettre de devenir des acteurs clés de leur avenir. Le programme Sciences Humaines-Premières Nations, respecte les directives du Ministère de l’Éducation et aboutit à l’obtention d’un DEC (Diplôme d’Études Collégiales, équivalent du bac français) qui leur permettra d’intégrer tout cursus universitaire dans ce domaine.

Durant les pow wow, de nombreux objets artisanaux sont proposés, notamment des wampum.

Pow wow ; un moment de partage, entre tradition et spiritualité

Les pow wow, à l’origine spirituels (chamanisme) furent interdits pendant des années, puis de nouveau autorisés à partir de 1920. Ils représentent dans l’Amérique du Nord toute entière, l’un des moments de célébration de la vie. Chaque Peuple Premier organise son pow wow annuel et y convie d’autres représentants autochtones, autour de danses en tenues traditionnelles (les régalias), rythmées par les chants et le son des tambours (instruments sacrés). Il existe d’ailleurs un circuit des pow wow (ceux-ci ayant lieu à des dates différentes selon les réserves).
Celui d’Odanak a lieu le premier week-end de juillet (du 03 au 05 juillet 2015) et se tient sur la place ombragée à proximité du musée et de la chapelle. Pendant ce moment privilégié de partage, le visiteur est invité à entrer dans le cercle de la danse. L’artisanat n’est pas oublié et quelques kiosques proposent Wampum (perle fabriquée à partir de coquillages marins  et nom donné plus généralement aux colliers et objets réalisés avec des perles), attrapeurs de rêves, bijoux… et vous pourrez même goûter à quelques spécialités culinaires.
Odanak représente sans conteste une parfaite introduction à la culture et la fierté autochtones.

En savoir plus sur les Abénakis
Musée des Abénakis, 108 Waban-Aki, Odanak, Tél. : 450 568-2600
Institution Kiuna, 1205 route Marie-Victorin, Odanak, Tél. : 450-568-6464
Calendrier 2015 des pow-wow au Québec

1 Source : Ville de Montréal
2 Source : Secrétariat aux affaires autochtones du Québec
© photo principale : Marie-Anne Bouygues ; © photos article : Marie-Anne Bouygues