Le Cabot Trail – 2

On se souvient que Cabot Trail porte le nom d'un explorateur vénitien du XVe siècle, Giovanni Cabote. Depuis, plusieurs nations ont débarqué sur l'île du Cap-Breton, et chacune y a laissé son empreinte. Écossais et Acadiens en ont ainsi fait un sanctuaire de leur culture respective. À ce melting-pot s'ajoutent des paysages incroyables façonnés par les éléments et préservés par leur isolement. Il n'en fallait pas plus pour faire de Cabot Trail, l'un des itinéraires favoris des voyageurs au Canada.

Villages et panorama des Highlands

La route quitte l’océan à Pleasant Bay pour escalader des sommets arrondis par les glaciers. Au pied de North Mountain, on s’arrête à Lone Shieling, réplique d’un bothran écossais, hutte rustique utilisée par les bergers des Highlands lors de la saison des alpages. Encadré par des érables tricentenaires dans la Grande Anse Valley, c’est un très joli site. On entend du bois craquer dans la forêt, c’est probablement un élan en maraude…

Bay St Lawrence, là où tout a commencé

On suit la vallée de l’Aspy jusqu’au village de Cape North, où nous décidons de pousser jusqu’à Bay Saint Lawrence, au ras de la pointe du cap homonyme qui sépare l’Atlantique du golfe du Saint-Laurent. À hauteur de Sugarloaf, sur la plage longue de 3 km, un cairn surmonté d’un buste assez toc Giovanni Cabote signale le lieu présumé du débarquement de 1497 : nous sommes au parc provincial Cabot’s Landing.

Les pieds dans l'océan

White Point

Si Bay Saint Lawrence nous donne l’impression d’être au bout du monde, que dire alors de Capstick, moins de 5 km plus loin ? La route s’arrête au bord de la falaise. Ensuite c’est l’océan à perte de vue.

La route étant un cul-de-sac, nous retournons sur Cape North récupérer la Cabot Trail. Après South Harbor et Dingwall, nous atteignons White Point où un panorama absolument grandiose nous attend. De là, nous choisissons de rester au plus près de la côte en passant par New Haven et Neil's Harbour, dominé par un pimpant petit phare rouge et blanc transformé en glacier.

Cartes postales des Highlands

Nous pénétrons à nouveau dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton pour admirer les vagues se fracassant sur les roches roses de petites baies comme Green Cove, et les forêts empanachées de brume.

Golf et spa du bout du monde

Nous parvenons à Ingonish et ses annexes d’Ingonish quelquechose, petites stations aux limites improbables semées autour de la langue de Middle Head. Le paysage est couronné par le Keltic Lodge Resort and Spa, et Cape Smokey (369 m) dont le sommet se mélange aux brumes et nuages. C'est ici que se trouve le golf le plus réputé de l’Est canadien, Highlands Links, aux tarifs raisonnables et au cadre admirable.

Trésors de la côte gaélique

À l’inverse du versant acadien, la côte gaélique est un peu plus rectiligne jusqu’à Saint Ann’s Bay, fjord au large duquel se situent les Bird Islands. Nous embarquons sur le ferry d’Englishtown pour visiter le Giant MacAskill Museum qui rend hommage à Angus MacAskill. Ce géant écossais mesurait en effet 2,40 m, taille imposante qui lui valut de figurer au livre des records.

Parenthèse écossaise

On rejoint ensuite à hauteur de South Gut St Ann’s, le Gaelic College of Celtic Arts and Crafts, la seule institution d’Amérique enseignant la langue mais aussi les arts et artisanats de nos amis portant l’emblème du chardon.

Le Great Hall of the Clans dévoile tous les secrets des Écossais, des dessous à porter sous un kilt à une canne de Robert Burns miraculeusement préservée. Si vous avez envie de suivre des cours de cornemuse, apprendre l’art du tartan ou à manier la claymore, il faut jouer les prolongations.

Baddeck, y'a le téléfon qui son

On poursuit ensuite sur Baddeck, fièrement ancrée sur le lac Bras-d’Or. Avec ses 112 km de rivage, cette petite mer intérieure cisaille pratiquement l’île en deux et n’est pas tellement fréquentée malgré sa beauté. En levant la tête, on remarque de nombreux aigles à tête chauve qui attendent le moment propice pour fondre sur un poisson imprudent.

Baddeck est la ville d’adoption de l’inventeur du téléphone Graham Bell. Adorant l’île du Cap-Breton, il y passa ses 37 dernières années. Il faut absolument visiter l’Alexander Graham Bell Museum. Dans un petit parc surplombant la mer, les collections exposées à Beinn Bhreagh (à 3 km au sud-est du village) rendent un parfait hommage au génial touche-à-tout (1847-1922) qui aborda bien des domaines, de l’aviation aux télécommunications en passant par la médecine et la chirurgie.

À Baddeck même, on remarque plusieurs bâtiments historiques de l’époque victorienne comme le Gilbert H. Grosvenor Hall, l’ancienne poste de la ville achevée en 1886, le tribunal de 1889 et quelques églises.

À voir le long de la Cabot Trail
Keltic Lodge Resort and Spa, Middle Head Peninsula, Ingonish Beach, Tél. : 902 285 2880
Highlands Links, 247 Keltic Inn Road, Ingonish Beach, Tél. : 1 800 441 1118
Gaelic College of Celtic Arts and Crafts, 51779 Cabot Trail, Englishtown, Tél. : 902 295 3411
Alexander Graham Bell Museum, 559 Chebucto St, Baddeck, Tél. : 902 295 2069
© photo principale : Voyageur Quest / Commission canadienne du tourisme © photos articles de haut en bas : novascotia.com