Aventures à Strathcona

Sur la route entre Tofino et Port Hardy, le port du fameux Passage Intérieur à l’extrême nord de l’île, nous nous sommes posés quelques jours au cœur de l’île pour profiter de la nature, protégée par le parc provincial Strathcona, parfait complément "montagnard" de notre séjour à Tofino, imprégné quant à lui de l’omniprésence de l’océan. Ou comment combiner les bienfaits de l’iode et de la chlorophylle !

Nature unlimited

Le parc, créé en 1911, est le plus ancien parc de Colombie-Britannique et le plus grand de l’île avec ses 2 100 km². Il englobe le Forbidden Plateau (le plateau oublié) et les plus hauts sommets de l’île.
Parmi eux, le mont Albert Edward et le mont Washington sont recouverts d’une neige teintée de rose. Si les légendes indiennes racontent qu’il s’agit du sang de femmes et d’enfants dévorés par de méchants esprits hantant encore les lieux, les scientifiques penchent pour une algue ou un champignon, un phénomène étonnant particulièrement visible au printemps.
La région, boisée jusqu’à plus soif, est dominée par le Golden Hinde, le plus haut sommet de l’île avec ses 2 210 mètres. Elle offre d’innombrables possibilités de randonnées aux marcheurs de tous niveaux dans un décor exceptionnel. Lacs, forêts de pins Douglas géants, glaciers, torrents et cascades à foison, composent un condensé de la province, comme de toute l’île d’ailleurs.
Certains pourraient jouer les blasés devant autant de pureté originelle, mais pas nous ! Quand on a su que la faune était régulièrement au rendez-vous et que nous aurions certainement l’occasion  de croiser porcs-épics, coyotes, renards, grizzlis, loups et quantités de cervidés et volatiles plus ou moins facilement identifiables, nous n’avons pas hésité.

Strathcona Park Lodge – Campbell River

Le Strathcona Park Lodge, une institution

Notre base est le très confortable Strathcona Park Lodge, édifié en lisière du parc en 1959. Ses fondateurs, Jim et Myrna Boulding, enseignants et passionnés de nature, y lancèrent en 1977 les Canadian Outdoor Leadership Training (COLT), des programmes éducatifs dédiés à la protection de l’environnement.
Le lodge, toujours géré par les descendants des Boulding, est un véritable centre éducatif et sportif où se donnent rendez-vous tous les amoureux de la vie au grand air.
On a bien aimé l’aspect peu apprêté et rustique des chalets et bungalows disséminés dans une clairière à flanc de coteau entre la forêt et le lac. Chaque bâtisse a son histoire : celle-ci a été montée par des hippies prônant le retour à la nature dans les sixties, celle-là est arrivée "flottée" sur la rivière depuis Campbell River, etc.
On a le choix entre deux restaurants. Si le "Whale Room" opère un service buffet avec une ambiance balançant entre table d’hôtes et cantine de lycées avec ses grandes tables communes, le "Canoe Club Café" fonctionne à la carte de manière plus classique. La cuisine, approvisionnée par les pêcheurs et les fermiers du secteur, est simple et savoureuse.

Strathcona Park Lodge

Des activités 100% nature

De multiples activités sportives sont proposées : randonnées, escalade, canoë ou kayak, voilier, pêche, yoga, course d’orientation, etc.

High Ropes & Zip Line pour jouer à Tarzan

Nous partons pour une petite marche en direction des sous-bois où nous nous harnachons au pied d’arbres interminables. Tout le parcours est aménagé en prenant toutes les précautions pour ne pas blesser les arbres. Il est facile de se hisser sur la première plate-forme, point de départ de la balade. Suspendus une quinzaine de mètres au-dessus du sol, nous nous aventurons sur la première corde, le pied encore mal assuré, bien sécurisés par un mousqueton à la ligne de survie.
Après quelques passages sur ces passerelles rudimentaires, nous arrivons  à une plate-forme cul-de-sac. Enfin pas exactement : cette fois, il n’y a plus de cordes pour les pieds et les mains, juste une tyrolienne pour passer au bosquet voisin… Idéal pour apprendre à crier comme Tarzan !

Strathcona Park Lodge

Se prendre pour l’homme-araignée

Le lendemain, nous testons nos capacités de grimpeur(se) sur l’une des falaises d’entraînement lors d’une séance d’initiation à l’escalade. Pour commencer, notre moniteur nous explique tout ce qu’il faut savoir de la technique, notamment les indispensables vérifications nécessaires pour grimper tout en étant assuré et également assurer un autre grimpeur, en identifiant toutes les composantes du harnachement.
Nous rallions ensuite un chaos de rochers couronné d’une falaise non loin du lodge. Et nous voilà partis. C’est avant tout une école de patience. Il faut assurer ses prises, ne pas vouloir aller trop vite ou faire de trop grands écarts. Une fois au sommet, la récompense est la descente en rappel, toujours très amusante et bien plus facile qu’on ne pourrait le croire. Un conseil, n’oubliez pas d’amener une paire de vieux gants.

La découverte des environs

La route 28 continue sur dix kilomètres jusqu’à Gold River, un petit bourg de moins de 2 000 habitants qui vit de la forêt, de la pêche et du tourisme juste à l’est du Muchalet Inlet. C’est la seule localité du nord-ouest de l’île accessible par la route. Le port s’anime lors des appareillages du m/v Uchuk III.

Get West Adventure Cruises – M/V Uchuk III

Croisière à bord du m/v Uchuk III

Les villages et hameaux de la côte du Nootka Sound dépendent des liaisons assurées par le m/v Uchuk III qui n’a rien à voir avec un tuk-tuk ! Cet ancien dragueur de mines américain, vétéran de la Seconde Guerre Mondiale, assure le ravitaillement… et une bonne occasion de s’offrir une croisière ô combien exotique et dépaysante.
Croisant entre Gold River, le Nootka Sound et le Kyuquot Sound, dans les fjords et le dédale d’îles autrefois territoires des indiens Mowachaht, on a vraiment l’impression d’être des explorateurs à l’ancienne, dignes d’un roman d’aventure ou d’un Tintin. À bord, il est fréquent d’apercevoir des animaux batifolant dans l’eau ou sur les plages.
Suivant son planning et l’itinéraire, l’aller-retour dure entre 6 et 9 heures. Il est possible de naviguer durant deux jours en passant la nuit au village de Yuquot, sur l’île de Nootka, ou à Zeballos, un ancien village de chercheurs d’or.

Suggestions de randonnées

Cette côte est parcourue par des chemins de grande randonnée qui offrent une expérience et un milieu similaires à la West Coast Trail , mais bien moins fréquentés.
On peut se faire déposer à Yuquot par le m/v Uchuk III et s’en servir de base pour des balades à la journée sur le Nootka Island Trail, un sentier long de 35 kilomètres.
La meilleure solution pour les marcheurs expérimentés (et équipés) désireux de se lancer dans l’expédition (5 à 6 jours) est d’utiliser les services de Air Nootka pour rallier Louie Bay Lagoon en hydravion. On suit le sentier à pied jusqu’à Yuquot pour reprendre le m/v Uchuk III rejoignant Gold River.
Tracée sur la côte de l’Esperanza Inlet, le Tatchu Trail, est plus récent et beaucoup plus difficile. Il faut compter 4 à 5 jours depuis Rugged Point Marine Park jusqu’à Port Eliza. Là aussi, la meilleure solution est de combiner le m/v Uchuck III aux petits hydravions d’Air Nootka

© photo principale : Strathcona Park Lodge © photos articles de haut en bas : Strathcona Park Lodge ; Get West Adventure Cruises