Au fil de Campbell River

Continuant notre exploration de la grande île de Vancouver, en Colombie-Britannique, nous sommes tombés sur l’archipel des Discovery Islands. Ces îles – éparpillées dans le Passage Intérieur là où il se rétrécit entre l’île de Vancouver et le continent – sont facilement accessibles depuis Campbell River.

Festival de cannes (à pêche) à Campbell River

Sur la probable centaine de localités canadiennes se vantant d’être la "capitale mondiale du saumon" (et on doit être encore largement en dessous de la vérité), Campbell River est l’une de celles pour laquelle cela semble presque justifié !

Partout la pêche est à l’honneur : photos ; matériel ; statues de pêcheurs s’arc-boutant pour sortir de l’eau un énorme chinook ; boutiques ; bureaux de guides… Il faut dire que pour d’immenses bancs de poissons, le Passage Intérieur est un passage obligé. La plupart des candidats se contentent d’aller jeter leur ligne depuis le Discovery Pier.

Les plongeurs ne sont pas oubliés non plus car les fonds de l’île de Vancouver sont justement réputés.

Nous avons aussi fait un petit détour par le Museum at Campbell River qui illustre de jolie manière l’histoire régionale avec des totems indiens et du matériel de pêche ou des équipements de bûcheron.

La quadrature de l’île

Reliée à Campbell River par un ferry, Quadra Island est l’île principale de l’archipel du même nom. Dominée par la sihouette du mont Seymour, elle nous permet de nous évader de l’atmosphère un peu monoculture de Campbell River où l’on rencontre surtout des pêcheurs qui racontent toujours leurs histoires de pêcheurs à d’autres pêcheurs.

L'île doit son nom au navigateur péruvien Juan Francisco de la Bodega y Quadra (1743-1794), qui servait dans la marine espagnole. En 1792, il fut le premier à rencontrer les Kwa'Kwa'Ka' Wa'Kw's (ou Salish).

Cape Mudge, rencontre avec les peuples premiers

Le Nuyumbalees Cultural Centre de Cape Mudge s'efforce de valoriser la culture autochtone avec notamment, en juin, la fête du saumon, un animal sacré pour les Kwa'Kwa'Ka' Wa'Kw's.

Le centre comprend notamment le Kwagiulth Museum où l'on peut admirer une belle collection d’objets, costumes et masques indiens ainsi que d’emblématiques totems. Confisqués en 1922, ils ne furent rendus à la communauté que dans les années 1980, à condition de les mettre au musée…

On y trouve aussi quelques pétroglyphes trouvés sur l’île, amenés ici pour les protéger du vol ou du vandalisme. On peut en voir d’autres sur le front de mer en face du site Ah-Wah-Qwa-Dzas, là même où George Vancouver rencontra les Indiens.

Non loin du très mignon phare de Cape Mudge construit en 1898, le Tsa-Kwa-Luten Lodge, un lodge local et sans chichis à l’architecture vaguement inspirée des constructions autochtones, a su attirer au fil de son histoire quelques happy fews tels que John Wayne, Julie Andrews, plus récemment Kevin Costner et maintenant votre serviteur...

Pique-nique au Rebecca Spit

Un peu plus au nord de l’île, juste en face de Heriot Bay, le parc provincial et maritime Rebecca Spit protège une très jolie baie barrée par une élégante petite presqu’île longue de deux kilomètres, sablonneuse et piquée de sapins.

C’est un très joli coin, parfait pour un pique-nique. Ses eaux sont assez chaudes pour pouvoir se baigner. Mais tout est relatif, il y a même des gens qui y font de la plongée ! Il y a tout de même peu de chances d’y rencontrer son voisin mais plus sûrement un ours amateur de coquillages que l’on peut débusquer en se faufilant au milieu des amas de bois flotté échoué sur ses grèves...

Cortes Island, épaulards et crustacés

Au pittoresque petit port d’Heriot Bay cerné par les arbres face au continent, nous empruntons un autre ferry pour traverser le Sutil Channel et atterrir à Cortes Island, environ 40 minutes plus tard, ce qui nous donne l’occasion d’apercevoir des lions de mer bronzant sur les rochers ainsi que quelques épaulards.

Le parc Smelt Bay y possède une belle plage de sable baignée par des eaux émeraude. Nous avons poussé jusque-là pour y déguster des clams et des huîtres, très abondantes à l’état sauvage ou élevées en grandes quantités.

À marée basse, on se décide à aller en ramasser quelques-unes en compagnie d’un ostréiculteur local que l’on peut accompagner dans sa journée de travail. Il nous explique que le mélange eau douce-eau salée est la raison de la présence d’une intense vie marine. Il suffit de se baisser, d’avoir un couteau et le tour de main qui va avec...

La première a un goût bien iodé assez attendu finalement mais surprise avec la seconde, une autre variété qui s’avère presque sucrée ! En tout cas, ces huîtres sauvages ont une saveur bien plus prononcée et vivifiante que les huîtres d’élevage que nous connaissons. Quel bonheur de profiter ainsi de leur fraîcheur dans ce cadre si prenant qui nous donne l’impression de vivre un autre de ces premiers matins du monde typiques de la Colombie Britannique ou de l’Alaska. On aurait aimé rester plus longtemps à nous requinquer à Quadra…

Mes adresses à Campbell River
Museum at Campbell River, 470 Island Highway at 5th Avenue, Tél. : 250 287-3103
Nuyumbalees Cultural Center, 34 Weway Road, Cape Mudge, Quadra Island, Tél. : 250 285-3733
© photo principale : Charlie Cornfield ; © autres photos : campbellriver.ca ; Destination BC/Tom Ryan ; quadraisland.ca ; quadraisland.ca ; campbellriver.ca