5 cafés pour explorer l’est de Vancouver

Il faut l’avouer au Canada, de novembre à février, il pleut quand même un peu (lire: beaucoup !) donc pour explorer la ville de Vancouver pendant les mois d’hiver, mieux vaut connaitre quelques endroits douillets pour parsemer son exploration de pauses chaleureuses. Et comme c’est à l’est qu’il y a du nouveau, c’est dans les quartiers de Railtown, Chinatown et Strathcona que je vous emmène – Go East young man !

Railtown

La ville connue aujourd’hui sous le nom de Vancouver, et qui à l’époque s’appelle Granville, est née au pied de l’actuelle avenue Dunlevy, au nord de la rue Railway, avec le lancement de la scierie Hastings en 1865. Pendant les deux décennies qui suivent, autour de la scierie, se développe une bourgade dont le grand incendie de 1886 n’épargne rien sauf ladite scierie, l’école et le magasin. Avec l’arrivée du train Canadien Pacifique la même année, Granville est renommée Vancouver et usines et entrepôts se multiplient. Plus de 130 ans plus tard, boutiques de designers locaux, bars et cafés branchés ont investi les anciens entrepôts et font revivre Gastown et « Railtown » : l’ahurissante augmentation des loyers résidentiels et commerciaux poussant familles et entrepreneurs à s’installer toujours plus à l’Est là où les loyers sont encore –vaguement- abordables. Pour se poser à Gastown, je reste fidèle à Nelson the Seagull : avant d’entamer votre exploration de Railtown je vous invite à découvrir The Birds & The Beets qui ouvre sur les rues Powell et Alexander. Carte limitée mais avec kombucha – on n’est pas sur la côte ouest pour rien - ambiance studieuse et jazz en fond sonore, l’endroit idéal pour une après-midi pluvieuse à bouquiner…

Birds Beets
Birds Beets

Chinatown

Un autre quartier qui change à vue d’œil pour cause de « boboisation » à grande vitesse c’est Chinatown. Si l’on y trouve toujours des magasins aux étales remplies de produits mystérieux et aux bouddhas au ventre rondouillard, on y trouve aussi de plus en plus de cafés où étudiants et entrepreneurs se retrouvent pour travailler et se régaler. Pour regarder la vie défiler à Chinatown le dimanche matin – et aussi pour leur pain au chocolat - mon spot de prédilection c’est Propaganda café – pas du tout dans la propagande mais plutôt dans la déco minimaliste. Quand j’ai une furieuse envie de gaufres, je file chez Crackle Creme, aussi connu pour ses crèmes brulées aux multiples saveurs. Quand je suis sur la rue Union et que je remonte jusqu’à la gare de Terminal, j’ai du mal à imaginer qu’il y a un peu plus d’un siècle, tout cet espace était un marécage où la mer entrait à marée haute…

Crackle Creme
Crackle Creme

Strathcona

Ma plus belle exploration récente c’est incontestablement le quartier de Strathcona. Quartier populaire où logeaient employés de la scierie, mineurs et pêcheurs, il est longtemps le mal aimé et la ville n’a de cesse de vouloir le détruire. Dans les années 60 la mairie essaie d’y faire passer une autoroute urbaine mais la mobilisation des habitants réussit à limiter la casse puisque, si le viaduc Georgia finit par être érigé, le reste du quartier est préservé et nombre de maisons sont classées. Aujourd’hui ses maisons colorées et son charmant jardin communautaire – avec un verger ! - en font un quartier recherché. Pour vous poser durant votre découverte de Strathcona, vous pouvez vous arrêter à Wilder Snail dont la terrasse est une invitation à prendre le temps de vivre…

Les maisons de Strathcona
Les maisons de Strathcona
Le jardin de Strathcona
Le jardin de Strathcona
Wilder Snail
Wilder Snail

Carnet d’adresses

© Photo principale et photos de l'article : Alexandra Nicolas